Genèse du projet

Les migrations sont structurantes de nos sociétés, qu’elles ont constituées de tout temps et avec constance. Pourtant, une véritable réflexion sur les voies légales d’entrée sur les territoires ne semble pas s’enclencher et se limite au contraire à une politique de durcissement de l’asile, à un discours de plus en plus polarisé et à une gestion urgentiste et sécuritaire des “flux”. Par conséquent, les politiques européennes de contrôle des routes de la migration favorisent l’exclusion (construction de murs, multiplication des logiques de hotspots) et la mort (en 25 ans, on estime que 40 000 personnes sont décédées ou ont disparu sur les routes de la migration, dont plus de 6 000 en 2016 seulement).

Tandis que l’urgence et la complexité de la situation s’imposent, des discours et des images spectaculaires et sensationnalistes qui réduisent la migration à des traversées massives, incontrôlables et tragiques, et engendrent des sentiments d’invasion et d’insécurité. Face à ce grand “spectacle” de la migration, nous posons la question de la représentation : Comment mieux rendre visible la problématique des migrations pour échapper au fait divers ? Dans le cadre d’une recherche, mais de manière plus générale dans le cadre d’une posture citoyenne, comment s’engager dans cette réflexion, qui doit être à la fois réflexive et collective ?
L’une des manières de penser notre action est de rendre visibles et audibles les personnes en situation de migration à partir de leurs témoignages, leurs récits, leur parole, et non à partir desdites images spectaculaires.

La rencontre « Migrations : nos voix, nos chemins de traverse », organisée à Marseille du 24 au 26 octobre 2018, est le premier jalon d’un projet exploratoire, voire d’une « fabrique », entre arts, sciences et militances. Dans un premier temps, ce carnet permettra d’une part d’archiver les « traces » de cette rencontre ; tout en entamant une réflexion qui s’inscrira dans la durée d’autre part.

Plus tard, le carnet, par son format plus « souple » et plus dynamique qu’une production scientifique classique, sera une plateforme pour les trois éditrices et leurs partenaires universitaires, artistiques et militants, traversée par des billets, des supports bibliographiques (par exemple, compte-rendu de livres, films ou expositions), des images et des bandes sonores.

L’appel envoyé au printemps 2018, et précédant la première rencontre, avait attiré plus de 70 projets. Il semble donc qu’il y ait une attente forte pour un espace d’expression sur ces questions. Un nombre important de chercheur-e-s, artistes et militant-e-s pourrait donc visiter régulièrement le carnet.